AUTOMNE d’Agnès Miegel

AUTOMNE

Avec au front les baies rouges de douce-amère,

L’automne règne au champ d’éteules.

Les fils de la vierge luisent dans l’air clair.

Le monde : or, pourpre, flamme.

 

Je regarde au dehors, l’entends bruire le vent,

À ma fenêtre oscille la vigne vierge ;

Le roulis de la lointaine Baltique

Chante sa berceuse aux roses d’arrière-saison

 

Une pomme tombe, rouge et mûre ;

Un dernier papillon se balance sur elle,

L’année s’en va avec ses peines,

O calme, o paix !

 

 

HERBST

Die Stirn bekränzt mit roten Berberitzen

Steht nun der Herbst am Stoppelfeld,

In klarer Luft die weißen Fäden blitzen.

Je Gold und Purpur glüht die Welt.

 

lch sehe hinaus und hör den Herbstwind sausen.

Vor meinem Fenster nick der wilde Wein,

Von fernen Ostseewellen kommt ein Brausen

Und singt die letzten Rosen ein.

 

Ein reifer roter Apfel füllt zur Erde,

Ein später Falter sich darüber wiegt

Ich fühle, wie ich still und ruhig werde,

Und dieses Jahres Gram verfliegt.

 

Extrait de l’Anthologie de la Poésie Allemande, édité par René LASNE et Georg RABUSE, Édition Stock, Paris 1943.

Agnès Miegel est née 1879 à Königsberg, décédé à Bas Salzuflen en 1964. Elle y passa une enfance heureuse ; qu’elle a raconté dans « Kinderland ». Elle est restée fidèle à la terre de ses ancêtres, et a écrit un recueil « d’Histoires de la vieille Prusse » ainsi que « Le voyage des sept chevaliers teutoniques. Ses vigoureuses ballades reprennent de vieilles légendes, et ont connu un succès légitime.

Similar Articles

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Instagram

Populaire