LE CAMPING – 1938

Le camping n’est pas seulement un sport ; lorsqu’on campe, qu’on le veuille ou non, qu’on s’en aperçoive ou non, on se cultive ; l’esprit s’ouvre à des aspects de la vie tout à fait insoupçonnés. La nature, pour qui sait la regarder, ne cesse jamais d’instruire, d’intéresser et de surprendre. La vie des insectes, des bêtes et des oiseaux constitue, pour ceux qui aiment à observer, une merveilleuse source de renouvellement. D’autres, doués d’une curiosité différente, trouveront dans nos villages de quoi les intéresser. Ils feront des comparaisons entre leur vie et celle des travailleurs de la terre, des liens s’établiront entre citadins et paysans, on apprendra à mieux se connaître et à mieux s’estimer. De cet échange de vues, de cette confiance réciproque, une meilleure entente se fera sentir, certaines méfiances seront abolies à jamais et certains dédains oubliés. Pour ceux qui s’intéressent plus volontiers au travail et à l’art des hommes d’autrefois, le camping offre des possibilités de tourisme peu onéreux. Les trésors d’art et d’archéologie dont notre pays est si riche sont maintenant à la portée de tous : châteaux, églises, cathédrales, villes et villages pittoresques ne sont plus visités exclusivement par les privilégiés. Des milliers de campeurs, chaque année, se joignent aux touristes et admirent à loisir nos monuments et aussi les merveilleux paysages de France où tous les aspects de la nature se trouvent réunis. Seul le campeur peut apprécier pleinement les sites divers dans lesquels il vit et où l’automobiliste ne fait que passer rapidement ; le campeur fait corps avec la nature et devient rapidement conscient de ses changements constants, du charme de chaque heure, de la lumière, des parfums et des couleurs, toutes choses qui ne peuvent être vraiment appréciées par le touriste pressé ou l’habitué des bons hôtels…

Le camping et les joies de la nature
Le camping et les joies de la nature

Je ne m’étendrai pas ici sur les provisions de santé que les campeurs accumulent. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder la mine de ceux qui reviennent à la ville après quelques jours passés au grand air. Mais il est du camping comme de tout : on ne s’improvise pas campeur, on le devient et c’est précisément pour aider les débutants que Jean Loiseau a publié son petit livre de conseils pleins de souriante bonhomie où il met avec simplicité sa vieille expérience de campeur au service des jeunes. Il commence par mettre les apprentis-campeurs en garde contre la tendance, trop répandue chez les novices, qui consiste à vouloir, tout comme les escargots, emporter sa maison sur son dos. Jean Loiseau prodigue des conseils pratiques ayant trait à l’équipement personnel et au petit matériel indispensable. Il passe ensuite à la grave question de la tente et examine plusieurs modèles dont il fait ressortir les qualités et les défauts, selon que la tente doit servir l’été ou l’hiver, au campeur qui s’installe ou à celui qui doit faire des randonnées. Puis l’auteur aborde le problème de l’alimentation et celui de l’art culinaire en plein vent ou sous la tente, soit qu’on se serve du feu de bois, soit qu’on ait recours au réchaud ; ici encore Jean Loiseau examine les qualités et les défauts des différents appareils vendus dans le commerce, puis il indique où et comment obtenir tous les renseignements et la documentation utile aux campeurs afin d’organiser un « bon camp » sans risquer le moindre déboire, les procès-verbaux ou ennuis qui guettent les inexpérimentés, et le livre se termine sur dix conseils essentiels que d’aucuns jugeront superflus, car ils « tombent sous le bon sens », comme on dit familièrement ; mais, lorsqu’on voyage un peu à travers notre beau pays on est obligé de reconnaître que le « bon sens » des campeurs n’est pas une denrée très répandue et que les conseils de Jean Loiseau ne sont pas si inutiles que cela.

Loiseau, Jean - Conseil aux campeurs débutants
Loiseau, Jean – Conseil aux campeurs débutants

Lorsque vous serez devenus des campeurs expérimentés, vous lirez avec profit les autres excellents ouvrages de Jean Loiseau : Itinéraires des Ardennes (Belgique, France, Luxembourg) ou Itinéraires de la Corse. Tous deux guides pratiques du campeur, écrits à leur usage par un campeur. Voici enfin les beaux jours, profitez-en pleinement et…, bonnes vacances !

Agnès HUMBERT. La vie ouvrière, 23 juin 1938

Similar Articles

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Instagram

Populaire