Chronique Scoute – Les camps de formation – 1938

Actuellement, dans toute la France, les camps scouts ont monté leurs tentes ; camps de scouts, de louveteaux ou de routiers, il est superflu de signaler que ces quelques jours passés au sein de la belle nature, dans une atmosphère de joie et de service, passent toujours très rapidement. Nous avons essayé, la semaine dernière, de vous donner un bref aperçu de ces camps. Mais avez-vous réfléchi que les chefs qui dirigent ces camps, doivent avoir une connaissance approfondie des méthodes de Baden-Powell et une technique très poussée. Le grand camp est pour le scout la période de l’année lu plus favorable pour sa formation. C’est l’endroit où il est certainement le plus réceptif. Il importe donc que les chefs soient vraiment des éducateurs au sens plein du mot. D’où la nécessité des camps écoles, où les chefs reçoivent, suivant leur branche (louvetisme, scoutisme, route) une formation très poussée. Dans ces camps-écoles, ignorés du grand public, on y enseigne les règles de la méthode scoute, et cela d’une manière beaucoup plus complète qu’on ne le pense généralement. Nous allons vous révéler aujourd’hui l’existence de ces camps et leurs différents échelons.

Camps-écoles nationaux

La grande « école normale » du scoutisme se trouve en Angleterre, et cela se conçoit, puisque le fondateur, lord Baden-Powell est un Anglais. Le camp de Gillwell Park, à Chingford, près de Londres, a la visite chaque année de très nombreux élèves venus des quatre parties du monde. Ils y reçoivent l’enseignement direct et très complet de la méthode scoute de Baden-Powell lui-même et de son assistant M. Wilson. Après un travail théorique écrit et un séjour pratique à Gillwell, les candidats peuvent obtenir le titre de D.C.C. (Deputy Camp Chief). Seuls, les D.C.C. ont le droit, dans leurs pays respectifs, de diriger des camps-écoles ordinaires et de distribuer la « badge de bois » brevet supérieur de scoutisme. Les Camps-Ecoles nationaux n’acceptent, en principe, que des chefs ayant déjà exercé un commandement dans une unité scoute quelconque et ayant la plupart du temps suivi un cours préparatoire de quatre jours. La France possède deux camps-écoles, l’un à Cappy, près de Verberie (Oise), pour les Eclaireurs de France et les Eclaireurs Unionistes ; l’autre à Chamarande (Seine-et-Oise) pour les Scouts de France.

Chamarande Essonne, Les Scouts de France, Le Camp

Une annexe de Chamarande fonctionne en outre depuis cinq ans au Breuil, près du Creusot ; on y donne spécialement les cours de route. De cinq à six cents chefs scoutes de France passent chaque année par ces deux derniers camps. Ceux-ci sont en pleine activité de puis le premier juillet jusqu’au 25 septembre. L’enseignement qu’on y reçoit (très pratique pour les chefs routiers, un peu plus théorique pour les chefs de scouts et les cheftaines) ne constitue évidemment que des points de départ, car on ne peut avoir la prétention, en dix ou douze jours (c’est la durée habituelle des cours) d’enseigner le scoutisme. Le vrai scoutisme s’acquiert d’ailleurs surtout par une longue pratique de la vie de plein air. Voici, à titre d’indication, les différents cours qui ont lieu cette année pour les Scouts de France, à Chamarande et au Breuil :

Branche Louvetisme : (pour les cheftaines) à Chamarande : 40e cours du 21 au 30 juillet ; 41e cours du 13 au 22 août ; 42e cours du 13 au 22 septembre. En outre aura lieu du 23 au 27 septembre un cours de perfectionnement et du 27 au 3u septembre un cours pour les commissaires assistantes de district.

Branche scoute. — (chefs de troupe et assistants) à Chamarande : 34e cours du 1er au 12 août ; 35e cours du 23 août au 3 septembre.

Branche route. — (chefs routiers) au Breuil : 7e cours du 10 au 18 septembre.

Notons également que le 8e cours pour les aumôniers scouts aura lieu du 5 au 12 septembre à Chamarande.

Camps-Ecoles régionaux

Nous venons de voir l’organisation des Camps-Ecoles nationaux, dirigés par des chefs ayant eux-mêmes passé par le camp de Gillwell Park, où l’enseignement est donné par Baden-Powell lui-même. Voici maintenant le 2e échelon : camps-écoles régionaux. Ce sont des camps qui ont lieu par région et qui préparent des candidats aux camps nationaux. Ces camps sont d’une durée d’environ 3 ou 4 jours. Ils sont dirigés par des chefs brevetés de Chamarande. Chaque branche a son camp-école préparatoire. Pour la région lyonnaise, un camp-école préparatoire (branche scoute), aura lieu du 12 au 15 août, au château de la Tourette, à Eveux, près de l’Arbresle.

Camps de spécialités

Indépendamment de ces camps-écoles enseignant la pédagogie propre du scoutisme, il existe un peu partout des camps offrant aux chefs ou routiers l’occasion de se spécialiser dans telle branche de la technique scoute. Ces camps ont l’immense avantage de recevoir des routiers de toute la France ; ceux-ci, retournés chez eux peuvent enseigner d’une façon efficace leur spécialité. Voici quelques camps de spécialités qui auront lieu pendant les vacances :

Inspection par un chef de patrouille scout_
Inspection par un chef de patrouille scout_

Meneur de jeu. — Art du feu de camp : Ce camp aura lieu les 10, 13, 14 et 15 août, à Verrières, près de Paris, avec le concours du centre d’art dramatique de Léon Chancerel.

Pionnérisme. — Ce camp aura lieu à Chamarande, du 27 au 30 août, sous la présidence du chef Froissard, assisté de MM. Roland Pierre, gardien du camp de Cham.

Moniteur d’hébertisme. — Du 8 au 15 août, à Clermont-Ferrand, ; pour les routiers déjà entraînés, à i’oasis de Verberie (Oise) du 4 au 15 septembre. Ces deux camps sont organisés par le groupement hébertiste de France.

Brevet d’exploration régionale. — Camp dans les Pyrénées du 11 au 15 août, sous la direction de M. Pierre Goutet, commissaire national de la route.

Comme on le voit par ce rapide exposé des camps-écoles et de spécialités, le scoutisme n’est pas traité à la légère par ceux qui s’en occupent. Méthode ayant ses règles et ses principes bien définis il a donné lieu à l’établissement de programmes solides d’enseignement, auxquels les chefs des quartiers généraux travail lent toute l’année et remettent constamment au point.

Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire – 7 août 1938

Similar Articles

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Instagram

Populaire