A propos de scoutisme – Quelques pensées d’Oswald Spengler

En France, le scoutisme a connu son heure de gloire dans les années 30 et dans l’immédiat après-guerre. Il était alors très influence par les mouvements de jeunesse allemands (Wandervögel, Auberges de jeunesse etc), eux-mêmes inspirés par la Lebensphilosophie (philosophie de la Vie) dont Oswald Spengler fut le principal chantre.

Evidemment, qualifier Spengler de « philosophe du scoutisme » est un peu exagère, mais moins qu’on pourrait croire. Sans parier de Kipling, dont l’œuvre littéraire illustre parfaitement (par anticipation) l’œuvre du philosophe allemand, Baden-Powell, officier de l’Empire Britannique, n’aurait pu que se reconnaitre dans la pensée de Spengler, et l’approuver.

L’Armée du Salut en France fonde de grands espoirs dans un renouveau du scoutisme au travers du mouvement des Porteurs de Flambeaux. C’est bien, et j’apporte volontiers ma contribution à l’entreprise, en précisant grâce a quelques pensées d’Oswald Spengler quelle Vision du monde et de la vie inspire le scoutisme en sa vérité première ; je crois en effet qu’il est toujours bon de savoir dans quelle direction on s’engage (en d’autres termes : de savoir où l’on met les pieds), et d’éviter ainsi d’éventuels malentendus.

Lieutenant B. Bösiger

Toutes les grandes inventions, toutes les grandes entreprises proviennent du plaisir de vaincre, que recherchent les âmes fortes. Elles sont expression de la personnalité, non du goût de l’utile.

On peut définir l’intelligence pratique comme celle de l’attaque.

Tout acte modifie l’âme de celui qui agit.

La notion qui fonde toute coutume vivante, c’est l’honneur. Tout le reste : fidélité, humilité, bravoure, esprit chevaleresque, maitrise de soi, résolution – en découle. Et l’honneur est une question de sang, non de raison.

II existe un style de commandement qui fait de l’obéissance une habitude fière, libre et noble.

Le courage d’une troupe dépend de la confiance qu’elle porte ä ses chefs. C’est l’officier qui change les lâches en héros ou les héros en lâches.

La guerre est la politique originelle de tout ce qui vit, et cela jusqu’au point que la lutte et la vie sont, dans leur profondeur, une seule et meme chose, et qu’avec la volonté de lutter, c’est aussi l’être qui s’éteint.

Ce qui confère au type humain son haut rang, c’est qu’il est un fauve.

Si peu que l’on sache des évènements de l’avenir, il n’en est pas moins certain que les forces qui doivent mouvoir cet avenir ne sont autres que celles du passé : la volonté du plus fort, la sante des instincts, la race, la volonté de possession et de puissance. Et par là-dessus flottent inefficaces les rêves qui resteront toujours des rêves : la justice, le bonheur et la paix.

N’est créateur que l’homme supérieur, capable de prier.

L’Officier : publication mensuelle à l’usage des officiers de l’Armée du salut – Mars 1985

Similar Articles

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Instagram

Populaire