Accueil Les articles Dans la presse ancienne Une grande fête scoutiste à Vincennes – 1931

Une grande fête scoutiste à Vincennes – 1931

0
Une grande fête scoutiste à Vincennes – 1931
Baden-Powell-scoutisme

Il est certain, la fête de dimanche à Pershing l’a amplement, montré, que notre scoutisme français, sans publicité tapageuse et sans bruit, se développe et étend son action de magistrale façon.

Groupant plus de 40.000 garçons dans toutes les villes de France, il constitue maintenant une force qu’il convient de considérer à sa juste valeur.

Les spectateurs qui vinrent au bois de Vincennes ont été surpris tout à la fois de la libre discipline des Eclaireurs et de l’entrain qui les anime. L’amusant était de circuler dans les coulisses et sous les tribunes ! Ici plus de 1.000 Eclaireurs unionistes mettent la dernière main à leur équipement, de romain ou de gaulois, les catapultes et les batistes subissent un dernier essai « les remparts » d’Alésia sont inspectés une ultime fois…

Plus loin, vous vous trouvez au beau milieu d’un camp sioux. Les costumes, fabri­qués sur les indications du Commissaire Paul Coze, retour du Canada, copient exactement les parures des plus authentiques tribus indiennes… Plus loin encore on se trouve reporté à l’âge des chevaliers et Saint Georges se prépare à terrasser une fois encore le dragon que des « routiers » s’emploient à faire fonctionner sans accroc.

L’activité scoute touche à une multitude île points qui nous furent présentés simul­tanément :

Construction de passerelles et de tours ; l’utilisation variée et souvent imprévue de bâtons d’Eclaireurs dont l’usage s’explique mal lorsqu’on les voit en métro ; le secourisme — et même des exercices de pompier — puisqu’il y eut un incendie et son extinction ; concours pittoresque d’allumage de feux et, pour clôturer dignement cette série de travaux, un montage de camp « en vitesse ».

Reconnaissons la dextérité des Eclaireurs à dresser ces maisons de toile puisque quel­ques secondes suffisent amplement a certaines équipes pour monter leurs tentes, se rassembler et disparaître dessous…

Un point inexplicable pour un profane : la parfaite discipline de toutes ces démonstrations et l’absence, de tout chef visible… « C’est la cohésion parfaite de nos patrouilles qui nous permet d’obtenir ces résultats, me dit l’un des organisateurs. Nous n’avons pas besoin de répétition générale, chaque équipe savait exactement ce qu’elle avait à faire et tout s’est déroulé comme prévu ! »

Les mouvements d’Eclaireurs français font du bon travail. Ils ont amplement montré dimanche que tous leurs membres sont animés d’une même force de cohésion et de désir d’entente, telle qu’aucune rivalité ne saurait se faire jour entre eux.

André Reval. Match – 09-06-1931

1931-06-09_Match_Une grande fête scoutiste au stade Pershing
1931-06-09_Match_Une grande fête scoutiste au stade Pershing

STADE PERSHING : Grande fête interfédérale du Scoutisme Français. — En haut : au camp scout, après le montage de deux cents tentes, le salut aux couleurs. — En bas : une vue du 2eme acte de « Vercingétorix », joué par les Eclaireurs de France : la cueillette du gui par les Druides.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici