Chronologie des Auberges de Jeunesse

1897 – Création, par un lycéen berlinois, Karl Fischer, d’un mouvement de jeunes, les Wandervögel (« Oiseaux migrateurs »), cherchant par un retour à la nature à fuir la concentration urbaine, la pollution et la misère des cités industrielles.

1898 – Création du WAS: Wandervögel, Ausschuss für Schülerfahrten («Oiseaux migrateurs, comité pour les voyages scolaires»).

1899 – Richard Schirrmann, un instituteur allemand, installe des dortoirs dans son école pour accueillir les Wandervögel.

1900 – Création de la première association d’auberges de jeunesse : Deutsche Jugendherbergswerk.

1901 – Début du développement des auberges de jeunesse en Allemagne et en Europe centrale. Installation par Richard Schirrmann de la première auberge de jeunesse à Burg Altena (Westphalie).

Le Congrès international de la paix - 1926 - Bierville
Le Congrès international de la paix – 1926 – Bierville

1929 – Rassemblement international pour la Paix, à Bierville, à l’instigation de Marc Sangnier, qui crée la même année en ce même endroit la première auberge de jeunesse en France, l’Epi.

1930 – Fondation de la Ligue française pour les auberges de la jeunesse(LFAJ) par Marc Sangnier, avec l’appui de personnalités civiles et religieuses.

1932 – Création à Amsterdam du Bureau international des auberges de la jeunesse.

1933 – Transformation du Bureau international en Union internationale des auberges de jeunesse (UIAJ). Création du Centre laïque des auberges de jeunesse (CLAJ), avec le concours des organisations laïques et de syndicats. Les nazis s’emparent des auberges de jeunesse allemandes, malgré l’opposition des ajistes, et font pression sur l’Union internationale des auberges de jeunesse pour en prendre le leadership, à travers l’entrée d’associations satellites.

1935 – Fondation à Paris du premier groupe d’usagers du CLAJ.

Marc Sangnier - Le créateur des Auberges de jeunesse en France
Marc Sangnier – Le créateur des Auberges de jeunesse en France

1936 – Création de l’Union des clubs ajistes de la Région parisienne. Développement des auberges de jeunesse à la suite de l’instauration de la semaine de 40 heures et des congés payés par le gouvernement du Front populaire.

1937 – L’UIAJ, devient le Bureau international de travail des auberges de jeunesse. Lors de la conférence internationale de Bierville, les nazis forcent Richard Schirrmann à abandonner la présidence et la DJH se retire du bureau international.

1938 – Léo Lagrange devient président du CLAJ. Premier congrès des usagers de ce mouvement à Toulouse.

1939 – Au congrès de Lille, les ajistes entrent au comité directeur du CLAJ. Le réseau des auberges (CLAJ et LFAJ) comprend 600 installations.

Au cours de la campagne de France, mort au combat de Léo Lagrange.

Après la défaite, interdiction en zone occupée du CLAJ par les autorités allemandes, la LFAJ est tolérée, les groupes du CLAJ se reforment dans une semi-clandestinité.

1941 – Instauration de la «dualité» par la création, en zone non occupée, d’un organisme technique, les Auberges françaises de la jeunesse (AFJ) et d’un mouvement d’usagers, les Camarades de la route (CDR).

Les camarades de la route - 16 - 12-1943
Les camarades de la route – 16 – 12-1943

1942 – Avec l’assentiment du gouvernement de Vichy, les autorités allemandes recréent en zone occupée un CLAJ surnommé «CLAJ Tyrand» puis «CLAJ Déglise», du nom de ses dirigeants successifs.

1943 – En Zone occupée, refusant d’exclure des ajistes juifs de son mouvement, la LFAJ prononce sa dissolution. Les actions de résistance se développent dans les groupes ajistes des deux zones.

Cette chronologie a été emprunté au Archives du Val de Marne dans leur brochure sur les Auberges de Jeunesse

Similar Articles

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Instagram

Populaire